Difficiles tractation: / MOOV : ADVERSAIRE GENANT, DES SILHOUETTES DE ORANGE A L’HORIZON


Depuis l’annonce de la suspension de l’opérateur de téléphonie mobile, nombreux sont les Togolais qui ne s’attendaient pas à un tel scénario. L’attente devient de plus en plus longue. La fumée blanche tarde toujours à sortir des discussions. Les autorités campent sur leur position, les responsables de MOOV réclament leurs avantages en cas de payement, ce qui semble tomber dans des oreilles de sourd. Les calculs vont bon train pour pousser au bout de la porte l’adversaire gênant. « Tout porte à croire que c’est une décision politique », a-t-on confié.

Siège de MOOV Togo

Siège de MOOV Togo

Même si Palouki Massina le Directeur Général de l’Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et de Télécommunications du Togo (ARPT) avait déclaré ne voir à l’horizon aucun adversaire gênant, le feuilleton auquel assiste la population togolaise est bien loin de lui donner raison. En effet, les épisodes de ce feuilleton mettent en exergue la détermination du gouvernement togolais à renvoyer le groupe Atlantique Télécom-Togo.

Le début du scénario.

Cela remonte bien loin. Toute une artillerie a été mise en place afin de miner l’installation au Togo du Groupe Atlantique Télécom. Bien que ce dernier affirme avoir racheté la licence au Groupe Télécel, les autorités togolaises avaient interdit à Etisalat, l’actionnaire majoritaire du groupe Atlantique Telecom (Moov Togo), d’opérer légalement. Il aura fallu des négociations qui, à l’époque, étaient considérées interminables, vu l’ampleur que cela prenait, pour ramener les autorités togolaises à la raison. Malgré le calvaire dans lequel travaillait Télécel, et qui selon des sources concordantes, ont amené la société à bout de souffle, Etisalat avec ses pétrodollars, croyait renverser la tendance en 2009, quand l’heure du renouvellement aura sonné.

Et justement, l’heure a retenti mais, mal dans les oreilles du Saoudien à qui on réclamait la bagatelle somme de vingt (20) milliards de FCfa d’ici décembre 2009, avec dix (10) milliards de nos francs qui devraient être versés depuis juin dernier. Une situation beaucoup plus particulière au Togo. Au Bénin par exemple, bien que la licence soit à trente (30) milliards de francs Cfa, la moitié est payée à la signature avec le reste soldé sur cinq (5) ans un peu comme en Côte d’Ivoire avec une licence de (30) milliards de francs Cfa, mais, seulement trois milliards et demie (3,5) milliards sont versés à la signature et la solde sur dix (10) ans. Bref, il fallait bien comprendre que MOOV-Togo était bien coincé.

Des Discussions plombées.

Comme on l’avait fait croire aux abonnés de Moov-Togo et à la population que le groupe se refusait à toutes négociations, un responsable dudit groupe nous a confié que les pourparlers devraient débuter, étant averti de ce qui se tramait sur leur dos ; mais de l’autre côté, on affirme que le Premier Ministre avait un calendrier assez chargé avec des voyages à l’extérieur du pays. Et tomba la suspension, sans réticence, les responsables de Moov ont laissé les émissaires de l’ART&P procéder à l’arrêt de toute émission. Malgré cela, les responsables du Groupe Atlantique Télécom réclamaient toujours une rencontre avec le locataire de la primature mais ce dernier conditionnait l’ouverture des discussions au versement de dix (10) milliards de FCfa. Il aura fallu l’intervention de l’actionnaire majoritaire du Groupe Atlantique Télecom, Etisalat, pour que la situation se décante un peu. On aura appris que le Saoudien avait envoyé une invitation au Premier Ministre Gilbert Fossoun Houngbo pour entamer les discussions en Arabie-Saoudite, une invitation très vite rejetée par l’homme du PNUD. Finalement les ténors du groupe saoudien vont décider de descendre en terre togolaise pour entamer les discussions, mais le vol sera interdit de tout atterrissage et il aurait fallu des gymnastiques pour poser en terre béninoise et revenir par voie terrestre rencontrer les autorités togolaises.

Lors de la rencontre du mercredi 26 août dernier « les revendications du côté du saoudien étaient toujours les mêmes », a confié une source digne de foi. « Ils ont insisté sur le droit d’accès à l’international sans aucun contournement par Togo-Télécom, le droit à l’interconnexion directe avec les autres opérateurs, l’utilisation de la technologie WiMax 2500&3500Mhz, le droit de fournir des services Thuraya Mobil et GPRS, ainsi que la levée des contraintes en ce qui concerne l’actionnariat étranger et le tout pour au moins une durée minimale de dix ans », a révélé la même source. Le groupe saoudien veut un peu suivre l’exemple du Bénin et de la Côte d’ivoire et propose le payement de dix milliards pour régler la solde dans un délai de cinq (5) ans.

Des propositions que la délégation togolaise composée du Ministre kokouvi Dogbé, de Palouki Massina de l’ART&P avec à leur tête le patron du gouvernement togolais, brandissent toujours l’arrêté ministériel no 001/MPT/CAB/ du 22 Mai 2009 et  ont, unanimement, balayé du revers de la main. Une situation que l’hôte saoudien aurait du mal à digérer parce que ne réclamant que ses droits si et seulement si il versait la bagatelle réclamée.

La piste tracée à Orange

Tout est question de stratégie. On ne veut pas du tout donner l’impression qu’on veut mettre à la porte le groupe saoudien, mais plutôt tout faire, bien sceller les sorties et les étouffer afin de dire à l’opinion que le Groupe a failli à ses obligations. L’arrivée à Lomé d’un autre opérateur de téléphonie mobile est très probante même si le gouvernement s’atèle à brouiller les pistes de Moov, il se dit dans le même cercle que Orange-France sera bientôt dans nos murs, le temps de pousser Moov-Togo à plier bagage.

On se rappelle bien que le patron de l’exécutif togolais en visite à Paris en Novembre dernier avait permis au Ministre Adji Otteh Ayassor de parapher une convention autorisant le Groupe à s’installer. Des machinations qui auraient été très vite décelées par les grands argentiers, en occurrence la Banque Mondiale, ce qui aura favorisé la suspension des autres négociations. Mais beaucoup de signes montrent que Orange-France sera bientôt dans nos murs. On aura compris que ce dernier par contre, ne sera pas un adversaire mais plutôt un complice, dans la mesure où son coût ne sera pas concurrentiel à Togocellulaire.  On apprend que dans le cas échéant où Orange sera installé, les prestations du Groupe Français seront plus chères. Parce que ayant la soif de l’hégémonie, les autorités togolaises ferment la boutique à la pluralité du réseau paradoxalement au Bénin voisin où la concurrence est assez rude avec Moov, Bell Benin, Mtn, Glo; GreenN, Orange, Moov et Koz , en Côte d’Ivoire où encore Mtn, kassapa, Tigo, Vodafone et le tout récent Zain au Ghana. Le tout à cause de la politique de pluralité en route encourageant la concurrence à haute dose.

« Il faudra le comprendre ainsi, c’est une décision politique », a-t-on indiqué. Nul ne doute désormais de l’implication directe de la France surtout à l’approche des élections présidentielles annoncées entre le 18 février et le 5 mars 2010. Le retour au Port Autonome de Lomé du groupe français Bolloré en dit long. D’autres parts, on se souvient des manipulations faites sur les réseaux de téléphonie mobile dans le pays en ces périodes sensibles.

Moov, indépendant avec l’international ne pourra visiblement pas jouer le  jeu d’où la nécessité de le renvoyer. Orange-France par contre, un potentiel allié ne trahira jamais.

Voilà donc ce qui plombe les discussions et laisse les employés et les milliers d’abonnés à Moov, dans la désolation la plus totale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :