ABASS BONFOH ET KOFI YAMGNANE SE DECLARENT LA GUERRE.


Même si elle ne l’est pas avec des armes comme on le voit dans certains pays, cela le ressemble bien avec les échanges de correspondance entre le Président de l’Assemblée Nationale Abass Bonfoh et le Président de Sursaut-Togo Kofi Yamgnane.

De gauch eà droite, Abass Bonfoh et Kofi Yamgnane

De gauch eà droite, Abass Bonfoh et Kofi Yamgnane

Comme cela se passe dans beaucoup de pays, pour annoncer sa candidature à la magistrature suprême, le franco togolais a, au rang de ses invités, fait un clin d’œil au président de l’Assemblée National Abass Bonfoh. « Nous avons le plaisir de vous informer qu’après consultation des autorités traditionnelles du Togo, nous avons décidé de nous porter candidat aux élections présidentielles de 2010. Aussi avons-nous choisi de faire notre déclaration de candidature à Lomé. Par la présente, nous voudrions vous prier d’honorer de votre présence la cérémonie de déclaration de notre candidature qui aura lieu au Centre Christ Rédempteur de Lomé le 2 Septembre 2009 à 9 heures », pouvait-on lire dans une note rédigée par le candidat déclaré à la présidentielle de 2010 au président de l’Assemblée Nationale qui a d’ailleurs circulée dans la presse et dont nous avons pris connaissance.

Au destinataire du courrier de répondre en ces termes : « …Je vous remercie. Toutefois, je considère votre invitation comme une réelle provocation. Je serais à votre place que j’inviterais plutôt mes amis. Rappelez-vous bien ce que je vous avais dit dans mon salon à la Cité OUA. Je reste imperturbable. J’attends que vous soyiez élu président de la République pour me traduire à la Cour Pénale Internationale CPI. L’homme ne meurt qu’une seule fois… »

Même si on ose croire qu’il y a eu des divergences entre les deux natifs du Grand Bassar et, que certaines sources on eu à dire que Kofi Yamgnane avait organisé une campagne d’intoxication à l’endroit de Abass Bonfoh lorsque ce dernier était en visite en France, on n’aura jamais imaginer un seul instant vivre ce scénario. Qu’on nous dise, noir sur blanc, que les acteurs politiques ne peuvent pas s’inviter à des rencontres malgré la divergence de leur appartenance politique. « Que des tètes pensantes réagissent de la sorte laisse à désirer » a lancé togolais qui s’abreuvait des titres des journaux devant un kiosque à journaux.

Où est la fameuse réconciliation ?

Publicités

Une Réponse

  1. Monsieur le journaliste comme vous l’avez inventée « la guerre « entre Koffi et Abass n’aura pas lieu. Comme la guerre de Troie n’a pas eu lieu.Du sang pour quelle cause? Mais dans une situation politique mon frère et moi pouvons être dans des camps différents. Quand je réaliserai une oeuvre (comme un pont sur katcha ) se refusera – t- il d’y emprunter.,de me féliciter?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :