Interview Exclusive de la Présidente de la Commission de l’Aide de l’Etat à la Presse/ AWUSSABA ANNONCE LA DISTRIBUTION DES FONDS AVANT FIN SEPTEMBRE 2009


Le chef de l’Etat togolais Faure Essozimna Gnassingbé avait accordé à la presse privée, une aide de 350 milluions de francs Cfa. Une commission technique de gestion et de suivi a été mis en place quelques mois tard pour plancher sur les modalités de distribution.

Nous (Fulbert Attisso et Sylvio Combe ndlr) avons rencontré la présidente de la commission AWUSSABA Adjowa, membre de la HAAC.

Lecture…

Bonjour madame, Vous êtes la Présidente de la Commission Technique de Gestion et de Suivi de l’Aide de l’Etat à Presse, est-ce que les 350 millions alloués à la presse sont déjà mis à la disposition de la Commission ?

De gauche à droite, Sylvio Combey en interview avec Awussaba Adjoa la Présidente de la Commission de suivi et de gestion de l'aide de l'état à la presse

De gauche à droite, Sylvio Combey en interview avec Awussaba Adjoa la Présidente de la Commission de suivi et de gestion de l'aide de l'état à la presse

Merci beaucoup, chers confrères pour cette occasion que vous m’offrez pour faire un peu le point des travaux au sein de la commission chargée de la Gestion et du Suivi de l’Aide de l’Etat à la presse. Effectivement 350 millions  de Fcfa ont été promis à la presse dans le cadre du soutien au développement de la presse privée au Togo en janvier. Et le 30 mars 2009, un décret a été pris pour définir les modalités de gestion et de suivi de cette aide et dans ce décret, il a été prévu la mise en place d’une commission technique chargée de faire le suivi au niveau des médias bénéficiaires. Le 24 Avril 2009, cette commission a été installée et depuis le 28 avril, nous sommes de pleins pieds dans les travaux pour que d’ici quelques semaines, la commission puisse faire parvenir ce qui revient à la presse, l’enveloppe promise.

Pour répondre à votre question, je peux vous dire que les 350 millions ne sont pas encore disponible. Seuls 75 millions de F cfa ont été débloqués parce que c’est cette enveloppe qui a été budgétisée avant la décision de Janvier 2009, par un chèque Trésor émis, les 75 millions ont été mis à la disposition de la commission. Signalons que le décret a prévu l’ouverture d’un compte par la commission. Ce compte se trouve au niveau de l’Union Togolaise des Banques. Maintenant que nous n’avons que le quart de ce qui est promis, la réflexion a été faite de voir certaines priorités. Si nous regardons le projet d’affectation de fonds fait au niveau de la commission, nous avions prévu 50 millions pour la formation diplomante parce que lors de l’adoption du décret du 30 mars 2009 la priorité du gouvernement était d’améliorer la qualité du contenu de la presse et le gouvernement a estimé que l’objectif principal en dotant la presse privée de 350 millions était la formation donc il fallait privilégier la formation. C’est dans ce cadre là que nous avons prévu une enveloppe de 25 millions pour la formation dans les rédactions. Il s’agit de voir certains experts nationaux et étrangers pour qu’ils viennent directement encadrer dans les médias, les journalistes qui y travaillent pour améliorer un peu leurs prestations. Nous avons prévu 20 millions pour la formation thématique. Il s’agit d’organiser cette rencontre avec les journalistes et surtout voir les manquements au niveau de la presse et choisir en conséquences certains sujets. Nous savons prévu une enveloppe de 20 millions pour cela, c’est ce qui faisait 50 millions pour la formation.

Pour l’appui institutionnel, il a été prévu également 50 millions ; 5 millions pour le fonctionnement de la commission parce que tout est déjà déterminé par le décret qui précise qu’il ne faut pas dépasser 1,5% de l’enveloppe pour la formation de la commission donc nous avons prévu 5 millions et pour l’aide directe 200 millions. Maintenant nous n’avons que 75 millions disponibles. Je tiens à préciser que les formalités sont en cours pour le déblocage des 275 millions restants. Déjà au niveau des finances, quelque chose a été fait nous suivons toujours le dossier pour que d’ici septembre parce que nous avons déjà clôturé les dossiers le 31 juillet.

Que peuvent attendre les patrons de presse et les journalistes de cette aide ?

Au fait il s’agit de l’objectif de l’aide. C’est contribuer à l’amélioration des conditions de travail, de prestation de la presse au Togo. C’est l’objectif principal même de l’aide, exercice 2009 qui est d’aider la presse à sortir des caniveaux. Nous connaissons aujourd’hui la situation de nos journalistes ; parce qu’il y a mévente, le marché économique est restreint, les patrons de presse ont des difficultés pour satisfaire à leurs obligations c’est-à-dire payer régulièrement les journaliste et puisque le journaliste n’est pas bien payé, il est exposé à la corruption et donc à la qualité médiocre de ses prestation. Voilà ce qu’au niveau de la presse, les journalistes et les patrons, ces deux catégories du secteur de la communication peuvent attendre de cette aide.

Concernant les conditions à remplir avant d’accéder à l’aide, la déclaration des journalistes à la Caisse de Sécurité Sociale par exemple n’est-elle pas une condition difficile à remplir dans la mesure où beaucoup d’organes n’ont pas déclarés leurs journalistes à la Caisse ?

Merci beaucoup. A première vue, nous avons l’impression que c’est trop dur et c’est difficile d’exiger cette condition au niveau des entreprises de presse. Mais puisque l’objectif final de l’aide comme je l’ai dit plus haut c’est d’améliorer les conditions de travail du journaliste. Nous croyons qu’il faut quand même assurer une survie future du journaliste parce que je suis journaliste et je connais les conditions de mes confrères et consœurs. Le journaliste togolais vit dans la précarité. En tant que membre d’une institution de régulation, j’ai eu à visiter les autres pays, je sais comment les journalistes sont traités. Ce n’est pas le paradis de ce côté mais la situation est meilleure à celle du journaliste togolais.

Comment se fera la répartition des fonds ?

Je l’ai dit plus haut, avec les 75 millions, nous avons mis de côté 25 millions pour que d’ici septembre, les bénéficiaires de l’aide, les 50 premiers, on puisse payer l’avance pour leur inscription. 25 millions serviront d’avance pour la moitié de l’appui institutionnel, 10 millions pour l’Observatoire Togolais des Médias, 5 millions pour la Maison de la Presse, 5 millions pour l’UJIT et 5 millions pour le Conseil National des Patrons de Presse parce que dans le cadre de l’appui institutionnel, il a été prévu des séminaires de formation pour les membres des différentes organisations de presse.

Donc le CONAPP doit faire deux séminaires de formation pour les Patrons de Presse comme cette organisation n’a que 5 millions, elle va organiser avec 4,2 millions un séminaire à l’endroit des patrons de presse parce que nos patrons aussi ne savent pas gérer une entreprise de presse.

Est-ce cette répartition émane du gouvernement ou de la Commission ?

Non, c’est la commission qui décide. Le décret du 30 mars 2009 l’a précisé. C’est une commission indépendante et autonome. Mais néanmoins le même décret demande la commission de consulter certaines autorités en l’occurrence le ministre de la communication en cas de certaines difficultés et le président de la HAAC. Dons dans les travaux si nous éprouvons certaines difficultés par rapport à la gestion et suivi de l’aide, nous allons solliciter des conseils des deux personnalités précitées. Cela veut dire que si un organe postulant à l’Aide obtient un certain nombre de points, c’est de façon objective que la note aurait été faite. On ne se dira pas que les membres de la commission compte tenu de leur affinité, ont préféré tel journal ou tel organe à tel autre. Donc les notations seront faites de façon objective. Maintenant qu’il faut faire de ceux qui n’auraient pas obtenu les points pour bénéficier de l’Aide. Le décret dit stipule que lorsqu’un organe a moins de 50 points, il n’a pas la moyenne et il échoue. Les médias sont notés sur cent points, et la moyenne est 50 points.

Qu’est-ce qu’il faut faire de ceux qui n’auraient pas obtenu les 50 points ? Au sein de la Commission, on va s’y pencher. Mais nous laissons les sous-commissions travailler en toute indépendance et en toute objectivité.

Quand est-ce que les organes pourraient espérer rentrer en possession des fonds ?

A partir du 17 août, nous allons commencer le dépouillement avec le travail des sous-commissions pour finir le 21, parce que nous devons finir avant septembre. Les inscriptions dans les instituts de formation commencent à partir de septembre. Il faudrait que déjà fin août les bénéficiaires puissent se connaître et qu’on puisse avoir une rencontre avec eux pour qu’ils nous proposent des gens pour la formation. Ce n’est pas la commission qui va désigner les gens pour la formation. Vous êtes organe bénéficiaire, nous allons vous demander de nous proposer quelqu’un qui puisse tenir à la formation parce que c’est une formation intense. Comme c’est une formation diplomante, elle sera intense.

Quelles sont els difficultés que vous éprouvez personnellement dans cette commission ?

Il faut reconnaître que c’est la première fois que le Togo tente cette expérience et qu’un membre de la Haute Autorité de l’Audiovisuel préside une telle structure. Mais ce que je peux vous dire, c’est que j n’ai pas éprouvé beaucoup de difficultés parce que je suis d’abord journaliste et je connais notre situation. Donc au vu de cela, au niveau des négociations vis-à-vis des organisations de presse, je tiens compte de certaines réalités pour pouvoir comprendre l’attitude des organisations de presse et négocier avec elles pour que nous ne puissions pas nous éloigner de l’objectif du gouvernement. Il faut satisfaire en même temps aux attentes du donateur et aux urgences des bénéficiaires. Voilà comment nous avons eu à travailler avec les organisations de presse ; c’est la conciliation.

Est-ce qu’il y aura réellement un suivi pour s’assurer que l’objectif poursuivi par l’Etat en faisant cette aide à la presse est atteint tant au niveau des patrons de presse qu’au niveau des journalistes ?

Voilà, le décret même l’impose. Il faut obligatoirement un suivi. C’est pour cela que le décret a donné un mandat de deux ans à la commission. Notre équipe fera deux ans. Nous allons gérer l’exercice 2009 et en 2010, il faudra que nous fassions le suivi ; c’est pour cela que nous faisons tout pour que les bénéficiaires de la formation commencent cette formation déjà en septembre. Ce qui nous permettra pour les deux ans de les suivre jusqu’à la fin de la formation, voir leur prestation sur le terrain et voir l’impact de l’Aide parce que le décret même l’exige. A la fin des deux ans, nous allons sortir un gros document sur la situation des entreprises de presse et faire des propositions pour l’avenir. Donc nous sommes tenus de faire un suivi au niveau de l’utilisation qui est faite de l’Aide.

Est-ce qu’on devrait comprendre que l’Aide de l’Etat titre 2009 vient de mettre une croix sur l’Aide de l’Etat à la presse 2008.

Non, pas du tout. L’Aide couvre l’exercice antérieur en ce qui concerne les années. Mais seulement dans le budget, c’est dans l’année en cours qu’on le budgétise. L’Aide a changé de forme. Avant c’était des dons personnels et puis on le gère comme il faut. Or avec l’installation de la Cour des Comptes, il faudrait que l’utilisation des Fonds de l’Etat laisse des traces, c’est pour cela que l’aide a pris la forme budgétaire et là il faut tout justifier jusqu’au centime.

Mme Awussaba merci

Chers confrères, c’est plutôt moi qui vous remercie.

Interview réalisée par Jean-Baptiste ATTISSO & Sylvio Combey

Source : www.acp-inter.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :