LA MISERE A KARA OU QUAND LE RPT SE CHERCHE DANS SON FIEF


Rassemblement du Peuple Togolais

Rassemblement du Peuple Togolais

Depuis l’avènement de l’affaire Kpatcha Gnassingbé et à quelques mois seulement de la prochaine échéance électorale, le parti au pouvoir est sous la menace d’un effet de boomerang. La machine Rpt semble se retourner contre lui-même. Tant à Lomé que dans son fief électoral à Kara. Il est à remarquer que depuis quelques mois au nom d’une certaine politique de ‘décentralisation’, une partie considérable des grandes rencontres nationales comme internationales qu’abrite le Togo est dirigée vers Kara. Cette fameuse politique de décentralisation, vient alimenter les spéculations selon lesquelles, « le petit veut faire de Kara la capitale politique du pays à l’orée 2010 », une stratégie qui ferait partie de son opération de charme pour arracher l’électorat dans cette région.

On se rappelle qu’au mois de février dernier, c’était le ministre de l’agriculture Kossi Messan Ewovor qui avait donné le ton avec son fameux forum de relance de l’agriculture’. Rien qu’au cours de ce mois de juillet, outre les luttes traditionnelles, des forums, des rencontres culturelles et sportives ont été tenu à Kara. Un politique analysera qu’au-delà du mobile de décentralisation, Faure Gnassingbé voudrait récupérer tout cela en son compte pour 2010. Autrement, c’est une façon à lui de dire à ces frères qu’il ne les a pas oubliés mais qu’il va même déplacer une partie de la capitale chez eux.

Et comme pour renforcer cette démarche, tout est mis en œuvre parallèlement pour faire croire que Faure a toujours conservé sa popularité à Kara malgré les évènements du 12 Avril. On s’active à distribuer des billets de banque à la pauvre population pour les mobiliser à aller chanter et danser pour le ‘président’. Pourtant les infrastructures comme les populations dans cette 2e ville du Togo ne sont pas mieux lotis que leur frère de la capitale. Pire leur situation la précarité est si ambiante à Kara qu’on ne croirait pas se trouver dans le fief du parti au pouvoir. Une situation qui contraint les jeunes filles de la région à s’adonner au lucre du sexe. Le sexe est devenu un objet de rue à Kara. Et il est devenu pour tout séminariste qui y va l’intérêt second, après l’objet principal qui les y amène. Loin d’être un vice culturel ce phénomène n’est que la conséquence du manque d’infrastructures pourvoyeuses d’emploi dans cette localité. « Qu’est-ce qu’on peut faire à Kara ? » nous a rétorqué Méhèza, 22 ans bachelière en comptabilité, fille ainée de ses parents et obligée de vendre au marché de Kara, par faute de moyen pour continuer à l’Université de Kara. En attendant que son oncle soit près à l’accueillir à Lomé où elle viendra chercher un boulot, elle est devenue commerçante par faute de structure en place pour l’engager comme comptable.

Des enfants en quète des miettes dans les poubelles

Des enfants en quète des miettes dans les poubelles

«Il y a tellement peu de structures ici qu’on est tous obligé de se tourner vers Lomé» s’est plaint Meheza. Au lieu de créer dans son fief des structures pourvoyeuses d’emploi aux jeunes, le pouvoir Rpt préfère plutôt leur servir de l’argent politique qu’ils obtiennent juste par simple effort de militantisme. Pour les plus jeunes qui n’ont pas encore le bras et la carrure nécessaire pour faire du militantisme et du clientélisme politique, la misère les emballe en attendant. Il est choquant de voir dans le fief du parti au pouvoir des petits enfants qui se tiraillent sur les miettes de mets dans des poubelles. Et pourtant, les fils de cette localité ont été les mieux placés dans ce pays ces quarante dernières années. Mais quand il leur arrive de descendre dans leur localité natale c’est pour s’y offrir  un tourisme sexuel à coup de liasses de CFA. C’est seulement en cela que ces hauts fils de la Kozah sont utiles à leur terre natale. Sinon rien d’autres.

Des enfants à la recherche des miettes

Des enfants à la recherche des miettes

C’est ici qu’il faut indiquer que l’essentiel de la politique de Faure Gnassingbé ne doit pas seulement se cantonner à la délocalisation des séminaires vers Kara. Certes ces rencontres sont des sources de revenu pour la ville. Mais Kara et au-delà toute la région s’en portera mieux si on y installe des structures pourvoyeuses d’emploi pour les  populations.  Ce ne sont pas des dons et des liasses de billets distribués de façon sporadiques juste pour les besoins politiques qui feront cela. Aujourd’hui Kpatcha Gnassingbé qui est l’un des moteurs de cette tradition de vie facile à Kara est en prison. Et Faure Gnassingbé qui se veut désormais seul maitre à bord, n’est pas prêt à perpétuer pour autant cette vilaine culture de clientélisme.

« A cette allure, le Rpt risque d’être surpris désagréablement lors de la présidentielle de 2010, s’il ne fait pas libérer son frère avant la fin de l’année » nous a dit un politologue qui soutient que les populations sont entrain de découvrir les autres réalités du pays que le régime s’efforçait à leur cachait depuis des décennies. « Les soulèvements estudiantins de l’année dernière sur le campus universitaire de Kara, n’étaient que des signe précurseurs » a-t-il fait remarquer.

Publicités

Une Réponse

  1. Salut cher confrère,
    En fait, on ne doit pas s’étonner de la misère à Kara. Comme Eyadèma n’a jamais eu de plan de construction du pays, kara a subi la même peine. Même si une grande promotion a été faite des cadres kabyè, très peu ont investi dans leur canton ou village. D’alilleurs, qu’y a-t-il d’intéressant à Pya à part le château d’Eyadèma. A part la rue qui mène chez lui, plus rien. Alors, ce n’est guère étonnant pour Kara. Seule un nouveau pouvoir peut s’attacher à cela. L’affaire de la capitalisation de Kara à l’orée de 2010 n’est que de la propagande électoraliste. C’est peut-être pour étouffer les dernières poches de résistance de la kpatchamania. En dehors de tout ça, on souffre à Kara peut-être plus qu’à Aného ou à Vogan. Prions pour nos frères de Kara qui sont utilisés comme un simple bétail électoral.
    Bravo pour ton papier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :