TOGO : NOUVELLE ATTEINTE A LA LIBERTE A LA MANIFESTATION -LA MARCHE DES JOURNALISTES BLOQUEE PAR LES FORCES DE L’ORDRE.


Debut de la marche

Debut de la marche

Comme annoncé par les responsables de l’association des journalistes pour les Droits de l’Homme JDHO, les professionnels de la communication ont démarré hier, devant la maison de la presse, une marche qui devrait au ministère de la sécurité et de la protection civile pour manifester contre le passage à tabac de leur confrère de Radio Métropolys, Gilles Gbagba.

Première rencontre avec les militaires un peu avant la fontaine lumineuse

Première rencontre avec les militaires un peu avant la fontaine lumineuse

La horde de professionnels de la communication s’est heurté quelques minutes plus tard à un détachement de forces de l’ordre qui disent-il, voulaient s’enquérir des motifs de la marche. Après longue discussion, la marche a repris de belle avec des chants au son de sifflets mais, une trentaine de minutes plus tard, c’est tout un arsenal qui a été déployé pour empêcher les journalistes de continuer la marche qu’ils ont commencé tout pacifiquement.

...et une première voiture vient barrer la route aux journalistes

...et une première voiture vient barrer la route aux journalistes

Ce dernier détachement a été conduit par le chef de la gendarmerie, le colonel Yark qui a bien menacé les journalistes.

Les menaces du colonel Yark...

Les menaces du colonel Yark...

« Avancez, avancez encore de 5 mètres et vous allez voir, vous avez le choix soit vous-vous dispersez ou on vous disperse et de force je vous dis»a-t-il lancé avec un ton rude aux journalistes. « Ils avancent, rentrez-les dedans, je suis responsable » a-t-il ordonné à ses agents.

Une portion de forces de l'ordre déployées pour 'arroser' les journalistes

Une portion de forces de l'ordre déployées pour 'arroser' les journalistes

Le Togo étant quand même un pays de ‘déclaration’ on ne devra pas attendre une autorisation de marche avant de marcher, une simple note d’information à l’égard des autorités compétentes suffit. Et pourtant le numero1 de la gendarmerie nationale a demandé aux journalistes s’ils ont eu l’autorisation. Une question qui va sans détour, à l’encontre des textes de la constitution où il n’est proscrit nulle part le droit à la protestation. « Vous emmerdez les gens, vous êtes les seuls togolais, le pays appartient à vous seuls ? ».

un convoi de forces de l'ordre attendant des ordres pour 'abattre'

un convoi de forces de l'ordre attendant des ordres pour 'abattre'

Face à ces menaces et le dispositif important déployé pour ‘arroser’ les journalistes selon les termes du colonel Yark, les professionnels de la communication ont été contraints de rebrousser chemin en rang dispersé et de se retrouver à la maison de la presse.discussion FAT 3

JDHO, l’association des journalistes pour les Droits de l’Homme ne compte pas lâcher prise, les responsables comptent porter plainte contre le colonel Yark pour agression et menaces à l’endroit des journalistes.pancarte Jdho condamne

Pauvre terre de nos aïeux !!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :