EVALA 2009 SOUS LE SIGNE DE LA COLERE DES « DIEUX » – Un accident mortel, des vents mystérieux, une étrange apparition d’abeilles, un crash de l’avion présidentiel évité de justesse…


L’édition 2009 des luttes traditionnelles Evala appartient désormais à l’histoire. Ouverte le samedi 11 juillet, la fête a été bouclée samedi dernier par les finales dans les différents cantons. L’évènement a été suivi, comme d’habitude, par le chef de l’Etat. Il a bénéficié du même éclat médiatique. La télévision nationale s’est fait violence pour couvrir l’événement. Les fils et filles du pays sont revenus au bercail. Les barons du pouvoir qui profitent de l’événement pour faire du tourisme sexuel étaient aussi de la partie. La crème de l’Exécutif qui a déserté Lomé la capitale, paralysant l’administration fera son retour pour reprendre la gestion du pays. Rendez-vous donc l’année prochaine.

Loin du côté purement traditionnel et festif de l’événement, il s’est produit plein d’à-côté. Si ces faits sont purement matériels et naturels aux yeux du commun des Togolais, des initiés y voient de la superstition, la manifestation de la colère des dieux.

Accident mortel sur la route de Niamtougou

Il a été constaté que le chef de l’Etat, contrairement à ses habitudes de par les années passées, n’a pas passé ses nuits à Pya ou à Kara. Chaque soir après les combats, il revient à Lomé et repart pour la Kozah au petit matin. C’est ainsi que le mercredi au soir, après avoir assisté aux empoignades, le cortège présidentiel s’est ébranlé, direction l’Aéroport de Niamtougou. C’est chemin faisant qu’un motard aurait percuté de plein fouet une dame de la soixante qui traversait la route. L’infortunée aurait succombé sur-le-champ. Le motard lui, serait grièvement blessé.

Cela ne rappelle que trop bien l’accident qui s’est produit dans le convoi présidentiel sur la route d’Aného lorsque le chef de l’Etat allait rencontrer les chefs traditionnels de la région, il y a quelques mois et qui a coûté la vie à une de nos consoeurs de la télévision nationale.

Vent violent et mystérieux à Lama

Vendredi matin devrait se dérouler la finale de ces luttes dans le canton de Lama. Tout était fin prêt pour que les empoignades soient enclenchées. Si le ciel menaçait un tout petit peu, un vent violent et mystérieux se mit à souffler, obligeant le chef de l’Etat à prendre ses clic et ses clac. Selon les témoignages, le vent a « ciblé » la tente érigée devant abriter les officiels. Il aurait renversé la tente et dans sa chute, un homme qui se trouvait aux encablures a pris un coup. Il serait grièvement blessé. Les superstitieux trouvent dans le soufflement de ce vent un mystère. On avance que le vent n’a soufflé véritablement qu’au niveau de la tente. On dirait un vent téléguidé.

Les abeilles à Pya

La finale des luttes devrait se dérouler dans le canton de Pya le mercredi dernier. Tout serait fin prêt pour ce faire. Mais voilà les abeilles venues d’où ne sait, envahirent les lieux. Le chef de l’Etat a été obligé de quitter les lieux pour y revenir quelques temps après. Ici aussi, on ne donne aucune chance au hasard. Pour les occultistes, il s’agit là de la manifestation de la colère des dieux sur la situation au sein de la famille Gnassingbé.

Une catastrophe évitée in extremis

Le chef de l’Etat devait assister jeudi à une finale. C’est ainsi qu’il devrait se rendre dans la Kozah à bord de l’avion présidentiel. L’appareil a décollé, mais a dû se poser juste après. Selon les sources, les conditions atmosphériques étaient assez clémentes, mais après, un vent violent s’est subitement invité, obligeant le pilote à opérer un atterrissage forcé. On a donc frôlé la catastrophe. Cela fait deux (02) crash de frôlés en l’espace de quelques semaines. On se rappelle la catastrophe manquée de l’avion présidentiel qui avait à son bord des journalistes, dans le cadre de la visite de Faure Gnassingbé en Allemagne.

Des messages de la nature ?

En tout cas, les superstitieux voient à travers tous ces faits un message indirect de la nature. On croit dur comme fer que c’est la providence même qui est entrain de lâcher Faure Gnassingbé. En tout cas, on croit que les vents violents tiennent de mystères, surtout dans le cas de Lama. On fait ressortir ici la soudaineté du vent et le ciblage de la tente. Les voix autorisées, les dépositaires de la science occulte brandissent le statut de Lama dans la culture kabyè. On parle du canton comme le foyer, l’épicentre de cette culture. On va plus loin jusqu’à faire le lien avec l’affaire Kpatcha. Les occultistes voient en ce vent et surtout à l’apparition des abeilles, la manifestation du courroux des dieux qui désapprouveraient ainsi le sort réservé par Faure Gnassingbé à son frère Kpatcha.

Au demeurant, il faut relever tout de même que l’engouement habituellement noté autour de cette fête des Evala n’est plus la même. On avance que des gens ont été « motivés » à coups de billets de banque pour entretenir le mirage d’ambiance. Le chef de l’Etat même était assez crispé.

Source : togocity.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :