LE PASSAGE À TABAC DE GILLES GBAGBA ALIMENTE LA PEUR DE 2010


A l’orée des échéances électorales, nombreux sont ces observateurs de la scène politique nationale qui disent remarquer des actes qui ne pressage pas d’un bon lendemain politique pour le Togo. Cette inquiétude vient une fois encore d’être nourrie par le passage à tabac d’un professionnel de la communication Gilles Gbagba de métropolys.

Nul ne s’attendait plus à vivre ou du moins à entendre des corps habillés lever la main sur un civil. Malheureusement, c’est la scène qui a été offerte aux togolais dans la matinée du mercredi 15 juillet. Le confrère Gilles Gbagba avait été sauvagement et volontairement molesté par des éléments du Génie civil des armées. Certains confrères à l’instar de Dimas Dzikodo, de Forum de la Semaine, Gauthier TEKPOR de Radio Kanal FM, et d’Atsutsè Kokouvi AGBOBLI  du journal Afric’Hebdo, avaient également victimes de ces actes qui remontent à une période précambrien.

Il sera donc inadmissible inconcevable pour les professionnels de la communication de se taire sur cette énième atteinte à la liberté de presse et à l’intégrité physique de journaliste. Non seulement le passage à tabac du journaliste de Metropolys fait augmenter la peur de 2010 mais on se pose mille et une question sur ce que veulent faire les autorités politiques de la vie des populations togolaises. Selon certains acteurs politiques, aucune action posée par le régime au pouvoir ne permet de croire en la politique de réconciliation ventilée trompette et tambours battant.

C’est à juste titre que l’association des Journalistes pour les Droits de l’Homme JDHO appelle les journalistes à manifester leur mécontentement à travers une marche demain à 7h à partir de la maison de la presse. La presse, il faut le préciser, constitue le 4è pouvoir et ce ne serait d’ailleurs pas un abus de la considérer comme le 1er pouvoir au vue de l’outil qu’elle manipule.

Les recrutements se poursuivent dans l’armée pour ce petit rectangle de terre, et on devrait de préférence leur faire comprendre qu’ils ne sont pas enrôlés pour brimer, martyriser la population civile mais leur rappeler leur devoir premier qui est avant tout la protection de la population.

Il est vivement recommandé au pouvoir de mener les action nécessaires afin que lumière soit faite sur cette affaire qui jette un discrédit total sur les Forces Armées Togolaises. Les auteurs et commanditaires de ces actes devront être interpellé et traduits devant les tribunaux. Nous sommes dans un état de droit quand même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :