MOBILISATION POPULAIRE DU 21 JUIN : *DE L’ELECTRICITE DANS L’AIR


De l’avis de beaucoup d’observateurs de la scène politique togolaise, le soulèvement populaire auquel convie l’Union des Forces de Changement le 21 juin prochain pourrait mettre à nue le pouvoir en place toujours maître de sa politique qualifiée de ‘duplicité’. Fort probable que le gouvernement par l’entremise du ministre de la sécurité, ne voulant pas se faire déplumer, va encore jouer son éternel rôle de censeur.

Les responsables de l’UFC jusqu’alors ne comptent pas fléchir et maintiennent leur mot d’ordre. Patrick Lawson, le 1er Vice-président du Parti avait lancé lors d’un tout récent meeting de sensibilisation que lorsqu’ils se verront poussé au bord du fleuve, ils sauront vous dire à la population comment faire pour atteindre l’autre rive. Cette voie semble être aujourd’hui la marche dite pacifique du 21 Juin prochain.

Cette marche si elle arrivait à commencer, pourra t-elle, arriver à bout ? On se rappelle, le 27 Avril dernier, date de commémoration de l’accession du Togo à la souveraineté internationale, ‘les fils d’Ablodé’ ont été dispersés à coup de gaz lacrymogène par les ‘pions’ du colonel Mohammed Atcha Tittikpina. Tout porte à croire que nos forces de sécurité et de maintien de l’ordre sont assez bien outillées en matière de répression populaire ; leurs actions  de par le passé en disent long.

« Quand on tape un enfant, il ne faut lui refuser de pleurer » nous dit une boutade. Alors pourquoi refuser à la population de manifester si elle se sent trahie ? Pourquoi confisquer un droit du moins reconnu par la charte des partis politiques et la constitution ? Le gouvernement se trouverait encore dans le mauvais rôle en interdisant les marches qui d’ailleurs dans les plus grandes démocraties ne sont pas interdites.

Somme toutes, depuis l’avènement de l’ère ‘Faure’, toutes les marches sont prohibées quelque soit son caractère. Qu’il vous en souvienne, les marches de l’Association Togolaise des Consommateurs contre la montée vertigineuse des prix des produits de première nécessité chaque reportée sine die ; celles des syndicats des travailleurs pour ne citer que ceux-là et la toute récente celle de l’Association pour le Bien-être Juvénile, qui a été avortée deux fois de suite.

« Un jour, ça risque de péter » avait déjà lancé un acteur politique. L’UFC pourra t-elle aller jusqu’au bout ? En tout cas ‘Wait and See’.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :