CELEBRATION DU 1er MAI : LES TRAVAILLEURS RECLAMENT L’AMELIORATION DE LEURS CONDITIONS DE VIE


Inter Syndical des Travailleurs du Togo

Inter Syndical des Travailleurs du Togo

C’est devenu une pratique séculaire pour les acteurs du monde du travail de commémorer chaque 1er mai la fête des travailleurs. Cette année, la tradition a été encore respectée. De la bourse du travail à l’esplanade du palais des Congrès, ils ont fait leur traditionnel défilé à la suite duquel ils ont soumis leurs doléances aux plus hautes autorités. Ils demandent l’amélioration de leur condition de travail et ont transmis au gouvernement conduit par le chef de l’état Faure Essozimna Gnassingbé un cahier de charge regroupant dix neuf doléances.

Ils réclament La révision immédiate de la grille indiciaire, le relèvement du Smig et du Smag à partir de l’étude effective du « panier de la ménagère », le payement de leurs allocations familiales aux « agents permanents ». le payement des arriérés de salaires des travailleurs de l’ICAT, de l’ITRA, et des enseignants auxiliaires concernés.

Parmi leur doléance figurent : l’arrêt immédiat des licenciements, qui précisent-ils, engendrent dans les familles, des drames sans nom et condamnent des dizaines de milliers de citoyens togolais à la pire des précarités et à la déchéance; le redéploiement des travailleurs déjà victimes de licenciements. Ils demandent la résolution diligente des problèmes liés à la fermeture des sociétés d’Etat en cessation d’activités et le payement de leurs droits aux travailleurs, conformément à l’engagement N°118 du protocole d’accord du dialogue social : OPAT, Hôtel de la paix, Hôtel 2février, Togopharma, Togotex, SNI etc.

Le payement des arriérés d’allocations de départ à la retraite aux ayants droit et la reprise générale du paiement des dites allocations, conformément aux dispositions des états généraux de l’administration publique (EGAP) ; l’application effective aux travailleurs du secteur parapublic et aux travailleurs de l’enseignement privé confessionnel catholique, des augmentations de salaires de 5 et 3% appliqués aux salaires dans le secteur public, respectivement en janvier 2007 et janvier 2008, et ce, en attendant les négociations collectives dans ces secteurs, restent aussi leur préoccupation.

Les travailleurs togolais souhaitent l’accélération du processus de décision relative à la prise en charge systématique des accouchements par césariennes pratiqués dans les hôpitaux publics ; l’accélération du processus de règlement des problèmes de la caisse de retraites complémentaires des cadres (CRCC) ; le relèvement des pensions de retraites de la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) : le renforcement du contrôle effectif des prix et la baisse significative du prix des produits de 1ère nécessité comme mesures participant d’une politique de lutte contre la vie chère ; le démarrage effectif des travaux de la commission mixte de réflexion, sur la vie chère présidé par son Excellence Monsieur le premier ministre, dont un document émanant de la primature et daté du 22 ami 2008, affirme qu’elle a été mise « en place le 05 mai 2008 »; le rétablissement en la forme du système de couverture santé des agents de l’Etat et l’annulation de la note d’information du directeur du CHU-Tokoin, en date du 23 octobre 2008, exigeant le paiement immédiat de 50% du montant des frais hospitaliers.

Les doléances soumisses par les travailleurs concernent également : la révision à la baisse du taux de dédouanement des véhicules privés : l’élargissement aux locaux des centrales des travailleurs des lieux de tenue de l’évaluation formative des apprentis, en vue de la délivrance d’un quitus ; la résolution définitive du problème récurrent des délestages dans la fourniture de l’énergie électrique, alors que les factures de nombreux ménages sont en constante augmentation. l’extension du réseau d’adduction d’eau, en vue de faire face à la poussée démographique et à l’insuffisance de la fourniture d’eau dans les quartiers de Lomé et de ses environs ; la prise de mesures appropriées pour faire cesser la concurrence déloyale, pratiquée couramment par des commerçants libanais, indopakistanais et autres, pratique qui expose les commerçants nationaux à la ruine et à la dépression de l’économie nationale. 

Et comme de coutume la réponse des autorités a été la même ; « nous avons pris bonne note ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :