LE 6ème RAPPORT DE L’OPA PRESENTE HIER


L’Observatoire des Pratiques Anormales (OPA) a présenté hier à Lomé, son sixième rapport sur les tracasseries routières sur les corridors Tema-Ouagadougou, Ouagadougou-Bamako et Lomé-Ouagadougou.  Les résultats de ces enquêtes menées, couvrent le dernier trimestre de l’année 2008.

La table d'honneur lors de la cérémonie (photo Sylvio Combey)

La table d'honneur lors de la cérémonie (photo Sylvio Combey)

A en croire Lacina Pakoun le Coordinateur de la Communication et du Plaidoyer (OPA), l’Observatoire est destiné à suivre régulièrement les pratiques anormales sur les axes routiers Inter-Etats et faire prendre par les autorités compétentes du secteur, les mesures correctrices appropriées.

Il a été noté que le phénomène de la corruption est toujours aussi visible dans tous les pays sur les corridors suivis par l’OPA et que les niveaux de perception illicites ont augmentés dans tous les pays. Le Togo faisant bon élève est le seul épargné. Ce rapport dans ses analyses, s’est beaucoup plus appesanti sur trois indicateurs pertinents de l’OPA que sont : le nombre de barrières de contrôle ; les perceptions illicites et les temps de contrôle sur les corridors de l’Observatoire.

         Selon le rapport de l’Observatoire, le corridor Ouagadougou-Bamako est celui qui a la plus forte densité de barrières, une situation due au nombre élevé de barrières du côté Malien qui enregistre 29 barrières par voyage. Il est à noter que moins il y a de barrières, moins il y a de la corruption. Le nombre de postes de contrôle lui, aux 100km, passe de 2 au Togo à 7 au Mali, il en est de même pour les temps de contrôle qui vont de 8mn au Togo à 29 mn au Mali. Quant aux perceptions illicites, elles vont de 1180fCFa au Togo à 10 983fcfa au Mali aux 100km.

Il faudra comprendre avec ce sixième rapport que le nombre de contrôles s’est à nouveau accru, au cours de ce quatrième trimestre 2008, de 6% par rapport au troisième trimestre 2008 sur l’ensemble des corridors et ceci de facto, annihile les efforts entrepris pour réduire les tracasseries sur les axes routiers.

Pour pallier à ce phénomène, Il incombe aux autorités politiques et administratives des Etats concernés à prendre les mesures qui s’imposent, afin d’arrêter ces pratiques nuisibles à la fluidité du transit et du transport des personnes et des marchandises sur les corridors.

 

Lacina Pakoun le Coordonateur de la Communication et du Plaidoyer OPA (Photo Sylvio Copmbey)

Lacina Pakoun le Coordonateur de la Communication et du Plaidoyer OPA (Photo Sylvio Copmbey)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :