Difficile politique de modernisation de l’agriculture au Togo / Le Ministre Ewovor interpellé sur les conditions exécrables des Agents de l’ICAT


(Kossi Messan Ewovor Ministre togolais de l'agriculture)

(Kossi Messan Ewovor Ministre togolais de l'agriculture)

La politique agricole semblerait être l’une des priorités du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, à en croire ses discours et surtout en se référant à ses promesses électorales. Ainsi, son passage dans la Région des Plateaux et le Forum des paysans constitueraient politiquement et de par ses gestes, des preuves de sa volonté politique à faire de l’agriculture une priorité. Mais l’on feint d’ignorer la logique qui veut qu’ « Il ne peut y avoir une bonne agriculture sans une bonne vulgarisation ».

Peut-on parler de la modernisation de l’agriculture sans les techniques culturales appropriées ? Telle est aujourd’hui l’interrogation qui triture les méninges des économistes, des cadres du secteur agricole ainsi que des paysans eux-mêmes. Apparemment un grand NON est la réponse au bout de toutes les lèvres. De nombreux observateurs, l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT) peut être une solution à ce problème.

Mais, force est de constater que les agents de l’ICAT, aujourd’hui le seul institut d’Etat chargé de la modernisation de l’agriculture au Togo, de par ses conseils et appuis techniques aux paysans, font l’objet de négligence des gouvernants en dépit de leur volonté de faire de ce secteur un maillon clef de l’économie nationale.

Le constat est amer quand on voit que ces agents qui travaillent ou se frottent avec plus de 80 % de la population togolaise, vivent dans des conditions très pénibles. Ceci à coup sûr a des impacts sur le rendement escompté. L’on note l’absence chronique de moyens adéquats de travail, notamment les matériels de bureau, la vétusté des motos et leur inexistance chez certain, bref, ces amoureux des vaillants agriculteurs sont dénués de conditions adéquates de travail.

Pour exemple, les Conseillers agricoles et les Techniciens spécialisés qui font le gros du travail avec les paysans ne reçoivent que dix (10) litres de carburant pour tourner pendant un mois. Outre ces difficultés qui freinent le travail sur le terrain, les agents de l’ICAT accuseraient treize (13) mois d’arriérés de salaires, à en croire nos sources.

« Nous pensons que le Gouvernement est en train de prendre ses dispositions afin d’endiguer le mal. C’est d’ailleurs pourquoi, le Chef de l’Etat a instruit le Ministre de tutelle pour qu’une solution adéquate soit trouvée à cette situation. Si j’ai bonne mémoire, je crois que le ministre doit en réalité discuter avec les délégués aujourd’hui sur le sujet », a confirmé un cadre du secteur agricole qui a requis l’anonymat.

Les agents sont habituellement payés entre les 20 et 25 du mois suivant. « Nous avons faim et nous sommes très démotivés. C’est pour cette raison que nous demandons au Président de la République de tout mettre en œuvre pour qu’on nous paye nos dus afin qu’on puisse amorcer dans la sérénité la campagne agricole 2009-2010 avec ardeur et détermination en vue d’atteindre l’autosuffisance alimentaire qui reste notre objectif », a confié un agent dont le visage luisait de désespoir.

Il faut souligner qu’outre les treize (13) mois d’arriérés de salaires, les agents réclament aujourd’hui environ sept (07) mois de solde qui ne leur ont pas être versés. Aux dernières nouvelles, alors que nous étions sous presse, une rencontre entre le ministre et les délégués, justement a eu lieu hier jeudi 12 mars. De sources fiables, le ministre a confirmé qu’il a reçu des instructions du chef de l’Etat, qu’il doit travailler de concert avec ses collègues du Travail et celui des Finances sur ce dossier, mais que ce dernier est actuellement en voyage.

En vue d’une modernisation de l’agriculture dont l’objectif est d’atteindre l’autosuffisance alimentaire que prônent les gouvernants et à laquelle aspirent les populations, il urge que les ministres du Travail et celui des Finances, et particulièrement le ministre de tutelle trouvent une solution adéquate à ce problème qui, probablement est l’un des facteurs qui freinent l’élan de notre agriculture.

Lien : http://www.libertetg.com

 

Publicités

Une Réponse

  1. […] Difficile politique de modernisation de … – Togo: La VAC délaisse les pagnes pour le fitness et l’alimentation … […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :