FAURE DANS SES ŒUVRES…


Faure Essozimna Gnassingbe Pdt togolais

Faure Essozimna Gnassingbe Pdt togolais

A sa prise du pouvoir en 2005, le nouvel homme fort du Togo a promis rompre avec les vieilles habitudes de son père qui a gouverné le pays d’une main de fer, 38 ans durant. Un homme nouveau, un esprit nouveau a-t-on  martelé sur tous les toits. Qui dit rompre avec les vieilles habitudes sous-entend  s’inscrire dans une nouvelle dynamique qui pourra rassembler les fils d’un pays déjà clivé. Mais aujourd’hui, cet esprit a déçu bon nombre de togolais.

De  2005 à 2009 cet esprit jeune a tellement grandi et appris les mauvaises habitudes la maison à telle enseigne que beaucoup d’observateurs politiques estiment que l’esprit est plus félin que celui qu’il a hérité de son père. Qui aurait cru, qui aurait pensé cela quand le chef de l’état prêtait serment en 2005 après des élections qui se sont déroulés dans des circonstances que les togolais sont bien loin d’oublier.

Nombreux sont les togolais qui ont entamé l’année nouvelle avec un certain optimisme mais ils ont été très vite déçus par le 13 janvier qui va retrouver toutes ses couleurs ; elle sera célébrée en grande pompe.  Cette journée est fériée sur toute l’étendue du territoire car nous dit-on, c’est une fête nationale mais elle continue par diviser les togolais. « Une fête nationale n’est-elle pas celle là qui unit tout un peuple, qui rassemble tous les fils d’une nation ? Le RPT célèbre, l’UFC commémore » avait remarqué un leader politique. N’est-ce pas qu’en 2008, le porte-parole du gouvernement Pascal Akoussoulèlou BODJONA clamait qu’ « au nom des restrictions budgétaires, la fête du 13 Janvier comme celle du 27 Avril seront célébrés dans la sobriété » ? Leurs actes nous font croire qu’ils ont avec la reprise de la coopération, les poches bien pleines pour ‘leur fête’.  Au même moment, on parle de réconciliation alors que des actes qui continuent par diviser les togolais, sont posés au sommet de l’état. La réconciliation ne doit pas être un vain mot, mais un comportement, cela devrait se faire déceler à travers les actes que l’on pose. Des défenseurs de droits de l’homme approchés sur la question nous ont confié qu’il ne sert à rien de parler de réconciliation quand on ne veut pas reconnaitre le mal qu’on fait à son prochain, se recroqueviller et repenser les actes qu’on pose.

Le gouvernement Houngbo dit faire de la relance économique, une priorité. Il faut applaudir ! Paradoxalement, on distribue des billets de banque dans les casernes et le panier de la ménagère reste comme il a été depuis des décennies. Relance économique et on mobilise toute une fortune pour un défilé militaire, défilé que certains par ironie estiment que ce serait juste pour la beauté des yeux du fils du premier président africain à perpétrer un putsch. Relance économique et on mobilise des milliards pour la confection de panneaux publicitaires juste pour souhaiter des vœux à la pauvre population qui n’arrive plus à prendre ses trois repas par jour, cette population qui n’a pas de logement décent. Pire, on retrouve certains de ces panneaux dans des zones presque inhabitées. L’étonnement est aussi grand quand l’homme PNUD après tout son zèle à la suite de sa prise de fonction se taise lui aussi sur la situation. On pourra déduire que nos deux hommes ont un dénominateur commun.

Réconciliation ! Le mot revient toujours sur les lèvres quand les leaders politiques de la mouvance au pouvoir veulent parler ; ils disent être conscients de la détérioration du niveau du togolais. C’est dans ce même monde, que  le président roule dans une voiture ‘Maybach’ estimée à près d’un milliard de nos francs, un luxe aveuglant. On passe des jours rien qu’à souhaiter des vœux au ‘tout puissant’,  on mobilise les populations affamées à l’intérieur du pays pour se faire serrer les mains. Les activités de l’administration publique seront au ralenties pendant près de deux semaines. En cette attitude, d’autres acteurs de la scène politique disent y trouver  une campagne entamée par ‘l’homme fort’ qui mobilise autour de lui l’équipe gouvernementale colorée RPT. On applaudirait le patron de l’exécutif s’il faisait plutôt une descente imprévue dans les administrations publiques pour constater de lui-même comment ils tiennent leur feuille de route  que de préférer se faire serrer les mains des jours durant. 

 
 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :