CPDC : DROLE DE CONSENSUS SUR LA QUESTION DE FACILITATION


Il aura fallu neuf séances pour que les partis politiques représentés au sein du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation ne déclarent à la sortie des rencontres avoir trouvé d’accord su la question de facilitation au sein du cadre permanent de dialogue et de concertation nationale. Et quel est cet accord ? « En cas de blocage des discussions, les membres du Cadre Permanent de Dialogue et de Concertation  conviennent de saisir le président de la république. Le chef de l’Etat recherche avec les leaders des partis politiques membres du CPDC, des solutions appropriées, au recours à la facilitation, le cas échéant » Drôle de compromis.

(Ministre Bodjona- Représentant du chef de l'Etat au sein du CPDC)
(Ministre Bodjona- Représentant du chef de l’Etat au sein du CPDC)

1-    Le  chef de l’état n’est-il pas déjà représenté au sein du cadre par le porte-parole du gouvernement, Monsieur le Ministre Akoussoulèlou BODJONA ? Monsieur BODJONA étant représentant du chef de l’Etat ne fera que traduire les propos de son patron aux parties menant les discussions au sein du cadre. C’est sibyllin qu’on demande encore à recourir au chef de l’état bien qu’il ait son représentant. Drôle de compromis et pure diversion.

2-    Faure  Essozimna Gnassingbé, on le sait président de la république du Togo, président du Rassemblement du peuple Togolais (parti au pouvoir) et président du cadre permanent de dialogue t de concertation. Cet d’accord stipule qu’il soit encore le dernier recours s’il ne faut dire ‘facilitateur national’. Mais ! Comment peut-on ètre au même moment juge et arbitre ? Drôle de compromis et pure diversion.

3-   

C’est déjà trop suspect qu’on parle d’une première victoire du côté du pouvoir sans qu’on ne soit arrivé à la fin des discussions. On voyait le ministre de la coopération Gilbert Bawara- porte parole du gouvernement au sein du cadre qui disait au préalable que  recourir à un autre chef d’état pour venir jouer au facilitateur serait comme négliger le poids du président Faure Gnassingbé ». On comprend qu’il voulait juste dire qu’il y aura deux capitaines dans le même bateau, mais cela est déjà dépassé du moment oû c’est cette mouvance même qui a entraîné un crise de confiance dans le climat politique togolais. Drôle de compromis et pure diversion.

 

 

 

4-    Subitement, on voit surgir des partis politiques qui n’ont plus un grand poids dans le pays, tels que le PDR, Le Nid, la CDPA, et la CPP. La réapparition du Délégué Général de l’UDS, Antoine Folly à la TVT il y a trois jours après son limogeage entre-t-elle dans le cadre de ces manœuvres souterraines du pouvoir ? Cela fait à juste titre dire à certains confrères que « la présidence oppose les adversaires du CPDC à l’Opposition parlementaire ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :