LA MAISON DE LA PRESSE DU NIGER FERMEE


DECLARATION DES ORGANISATIONS MEMBRES
DE LA MAISON DE LA PRESSE

Par un communiqué laconique en date du 30 juin 2008, le Ministère de la communication a  annoncé la fermeture des locaux de la Maison de la Presse jusqu’à nouvel ordre. En effet, dans l’après midi du lundi 30 juin 2008, le ministre de la communication ; porte-parole du gouvernement a convoqué à son bureau le président du Conseil d’Administration de la Maison de la presse, le président de l’Association Nigérienne des Editeurs  de la Presse Indépendante (ANEPI) et le Secrétaire Général de la Maison de la Presse pour leur annoncer « une information grave » selon lui. Il s’agit de la décision du gouvernement nigérien de fermer la Maison de la Presse. La raison invoquée par le ministre est que la Maison de la presse est « prise en otage par des groupes d’intérêts extérieurs » notamment précise –il « français et  américains ».

Peu de temps après cet entretien, le gouvernement rend public un communiqué annonçant  officiellement la fermeture jusqu’à nouvel ordre de la Maison de la Presse. Aux motifs suivants :

1)     Que « le gouvernement a constaté avec amertume des comportements peu orthodoxes dans la gestion de la Maison de la presse »

2)     Que la Maison de la presse, émanation selon le gouvernement de la volonté politique du Président de la République est en train d’être détournée de sa mission originelle.

3)     Que la Maison de la presse est « prise en otage par des groupes d’intérêts extérieurs aux desseins inavoués » sans cette fois-ci les désigner

Devant cette décision surprenante et cavalière, les organisations membres de la Maison de la presse tiennent à apporter les précisions suivantes :

1)     A la date d’aujourd’hui il n’y aucun problème constaté dans la gestion de la Maison de la Presse. Depuis plus d’un an, la Maison de la Presse tient une comptabilité et rend compte régulièrement aux instances compétentes notamment le Conseil d’Administration, l’Assemblée Générale et le bureau exécutif ainsi que les partenaires dont le Conseil Supérieur de la Communication , du résultat de cette gestion. En tout état de cause, la Maison de la Presse étant une association indépendante, sa gestion ne relève ni du gouvernement encore moins du Ministère de la communication.

2)     Contrairement aux allégations du gouvernement, l’idée de la création de la Maison de la Presse a été bel et bien une initiative des organisations socioprofessionnelles des médias nigériens et non une émanation d’une quelconque volonté politique.

3)     Que la Maison de la Presse entretient des relations franches et transparentes avec les partenaires techniques et financiers dans le cadre des accords de coopération que ces derniers ont signé avec l’Etat du Niger.

Au vu de ces précisions, les organisations membres de la Maison de la Presse surprises et choquées par cette décision injustifiée du gouvernement :

1)     Condamnent vivement la fermeture des locaux de la Maison de la Presse , ce cadre fédérateur des médias nigériens.

2)     Dénoncent l’ingérence du gouvernement dans la gestion quotidienne des associations, en violation des lois de la République.

3)     Exigent du gouvernement toute la lumière sur les vraies raisons de la fermeture des locaux de la Maison de la Presse ainsi que sur l’identité des soi-disant « groupes d’intérêts aux desseins inavoués ». A défaut, les organisations membres de la Maison de la Presse se réservent le droit de porter plainte devant les tribunaux pour diffamation.

4)     Réaffirment l’indépendance de la Maison de la Presse vis-à-vis de tout groupe qu’il soit extérieur ou national. Autant les subventions reçues de la part des partenaires extérieurs ne nous condamnent pas à être leur otage, autant la subvention reçue dans le cadre du fonds d’aide à la presse et la mise à la disposition par le Président de la République du local abritant le siège de la Maison de la Presse n’en font pas de nous les otages du gouvernement.

Les organisations membres de la Maison de la Presse informent l’ensemble des confrères nigériens, l’opinion nationale et internationale que des dispositions sont en train d’être prises pour assurer la continuité des activités de la Maison de la Presse qui elle, n’est pas dissoute. Et appellent en outre tous, à forger les armes d’une solidarité confraternelle face aux assauts liberticides du pouvoir en place.

Fait à Niamey, le 1er Juillet 2008

Ont signé :
L’Association Nigérienne des Editeurs de la Presse Indépendante (ANEPI)
L’Union des Journalistes du Privé Nigérien (UJPN)
L’Association des Professionnelles de la Communication , Section du Niger (APAC-Niger)
Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH)
Le Syndicat des Travailleurs de la Presse (SYNTRAPRESSE)

L’Union Internationale de la Presse Francophone , Section du Niger (UPF-Niger)
Le Syndicat des Travailleurs de la Presse Privée (SYNTRAPREP)
L’Association des Journalistes Nigériens (AJN)
Le Syndicat des Agents de l’Information (SAINFO)
L’Association des Radios et Télévisions indépendantes (ARTI)
L’Association Contrechamps-Niger
Le Syndicat National des Travailleurs de l’Information et de la Communication (SYNATIC)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :