“Fasokan” rewarded Special Topic Award Education and Culture


Boukary Konaté, the Malian blogger and owner of “Fasokan”

Boukary Konaté receiving the prize from Ute Schaeffer, in Bonn

received his price for the "Special Topic Award Education and Culture", last 26 Tuesday, 2012, in Bonn. He is one the six bloggers to be rewarded during the 2012 edition of the Deutsche Welle Global Media Forum in Bonn.

The one and only African blogger to be rewarded in the 2012 Bob’s award is Boukary Konate. He was indeed, chosen from more than 3,000 proposals by Lire la suite

Célébration du 20 Mars : REJEF-Togo veut défendre les valeurs de la Francophonie


Des jeunes regroupés au sein du Réseau de jeunes francophones du Togo (REJEF Togo) a

Table d'honneur au lancement officiel de REJEF et des activités marquant la célébration de la JIF 2012

officiellement lancé le 15 mars 2012, les activités à leur actif pour marquer la célébration de la journée internationale de la francophonie. La cérémonie s’est déroulée au centre culturel Denyigban devant un parterre d’invités qui ont aussi pris connaissance de la naissance de ce creuset de réflexion et de partage des jeunes.

Le 15 Mars 2012 était un peu comme une date pour deux évènements. Les membres du Réseau de jeunes francophones ont portés sur les fonts baptismaux, leur Réseau.  Ils étaient nombreux, ces jeunes togolais qui ont Lire la suite

Noun Fare retrouve ses amours avec « La Sirène des bas-fonds »


Le rang des romanciers togolais ne cesse de grossir. La journaliste Noun Fare vient d’y faire son entrée avec « La Sirène des bas-fonds ». Une cérémonie de dédicace a eu lieu samedi 27 Août dernier à l’Institut français (ex centre culturel français CCF). 

Elle est beaucoup plus connue sous le nom de Marthe Fare avec un chapeau de journaliste. Noun Fare vient de retourner à ses vieux amours : l’écriture romanesque avec « La Sirène des bas-fonds ». Il aura donc fallu deux ans pour que la crème puisse prendre avec l’onction de l’écrivain togolais Kangni Alem qui a d’ailleurs préfacé l’œuvre. « De la manière dont on dit que de l’amour à la haine il n’y a qu’un pas, de même, du journalisme à l’écriture romanesque il n’y a aussi qu’un pas. Mais ici, la particularité est que j’ai commencé par écrire avant de devenir journaliste », confie-t-elle.

Aujourd’hui, Noun Fare parle de l’amour, de l’adolescence et  de la prostitution des jeunes filles. Cette œuvre qui est en fait une Nouvelle, parle d’une jeune fille Winie. Celle-ci, bien que disposée à aimer,  rencontre quelqu’un qui n’était pas en mesure de la récompenser par amour. Au contraire, l’homme la fera vivre Lire la suite

Education: La France finance le maintien des jeunes filles dans l’enseignement supérieur


L’Ambassade de France accompagne les initiatives qui favorisent l’accès et le maintien des jeunes filles dans l’enseignement supérieur à Lomé. Le Service coopération et action culturelle (SCAC) de

Fréderick Merlet signant les documents avec Glitho

ladite ambassade vient à cet effet d’accorder un financement à hauteur de 41.500.000 francs à l’Association Femmes togolaises pour la promotion de la science et de la technologie (FTPS&T).

Alors qu’elles représentent plus de 90% des inscrits dans les filières littéraires, juridiques et économiques, à l’Université de Lomé, rares sont les jeunes filles qui s’inscrivent dans les filières scientifiques et techniques au Togo.  C’est donc dans la perspective d’œuvrer à combler la faible proportion des filles inscrites dans l’enseignement supérieur que Femmes togolaises pour la promotion de la science et de la technologie (FTPS&T), mène ses différentes actions.

Elle vient donc de bénéficier d’un financement à hauteur de 41 millions 500mille francs de l’Ambassade de France au Togo. A en croire Adolé Isabelle Glitho, présidente de FTPS&T, cette bagatelle somme devra permettre « d’accorder des aides financières à des Lire la suite

La littérature togolaise en danger: Yacoubou Hamadou complice de l’asphyxie des écrivains togolais ?


L’Etat togolais, allergique à la promotion de la littérature depuis la nuit des temps, étale aujourd’hui, sa noble et légitime ambition de faire enterrer cet art. Pour y arriver, des coups sordides sont orchestrés au sein même du ministère de tutelle et les acteurs sont présentement en grande discorde qui sûrement, ternira l’image du monde des lettres togolaises à la face du monde.

Sans la littérature, il n’y a pas d’intellectuels, par là, de présidents de la République, de ministres, d’ambassadeurs etc. Ils n’auraient pas eu la chance d’être là où ils sont aujourd’hui. L’universalité du rôle de la littérature dans le développement des sociétés, les autorités togolaises semblent l’ignorer, ce qui est vraiment lamentable. Il n’y a pas d’occasion dans ce pays où ces autorités ne citent dans leurs discours, des passages d’ouvrages occidentaux, oubliant que sans une réelle et bonne politique de la littérature dans leurs pays respectifs, ces auteurs ne leur auraient pas laissé des ouvrages qu’ils lisent depuis les bancs de l’école jusqu’à leurs bureaux. Que veut-on faire de la littérature au Togo ? Se demandent certains acteurs nationaux et internationaux, témoins d’un drame Lire la suite

HOMMAGE DU CENACLE A FEU EPHREM SETH DORKENOO


Ephrem, la nouvelle de ta disparition a plus que bouleversé tout le corps littéraire togolais et africain sans oublier celui du reste du monde qui, pendant longtemps, ont cru en tes efforts pour la promotion de cet art libérateur et développeur.

Cela fait un an aujourd’hui que tu as quitté le monde des vivants, pour te reposer à l’ombre des merveilles du Père Céleste qui a su injecter dans tes veines, la puissance du verbe que tu as déployée pour guérir et construire sur la Terre de nos Aïeux.

Le mardi 27 avril 2010, date à laquelle ton pays célébrait en grande pompe le cinquantenaire de son accession à la souveraineté internationale, tu passais la vie à trépas dans ton lit d’hôpital, à l’insu de tous ceux qui t’ont tant porté dans leurs petits cœurs. Les circonstances de ta mort demeurent jusqu’aujourd’hui, un véritable mystère que nul ne saura interpréter comme il faut.

Tu as quitté la terre des vivants, cette terre que tu as tant enflammée avec tes mots, tes phrases, tes vers, ta poésie, voudrions-nous dire. Tu as eu le mérite d’avoir porté la voix de ceux et Lire la suite

Marwa Jabou : « Vive la Francophonie »


Le rideau est tombé sur la troisième édition de l’école d’été de Tunis. Au-delà des travaux, des excursions effectuées à certains endroits culturels et touristiques du pays ; nombreux sont les talents qui se sont révélés. Des conteurs, animateurs culturels, artistes et même des poètes en herbe aussi. C’est le cas de la Tunisienne Marwa Jabou qui, a épaté l’assistance en

Marwa Jabou (gauche) et Cedric Mariana

déclamant un poème exclusivement concocté pour la francophonie lors d’une soirée culturelle. In extenso, le chef d’œuvre de Marwa Jabou qui, a aussi longtemps exercé dans la capitale tunisienne comme journaliste.

" Vive la Francophonie "

Tunisie pays de jasmin et de paix

Nous a tous réunis

Au nom de la francophonie

Main dans la main nous avons mis

Passant de plusieurs nationalités

A une seule identité

« Jeune francophone », le monde est son pays..

Diverses langues, des myriades de cultures

Mais un seul but fixe et pur

Paix partout et bonheur pur.

Les jours sont vite passés

Comme un joli nuage d’été

Comme un rêve plein de souhaits..

Sans arrêt nous avons travaillé

En toute entente, Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 113 autres abonnés