Togo : La révolution Kpatima se corse


De plus en plus, l’on tend vers l’enlisement de la crise sociopolitique au Togo avec l’entêtement du gouvernement. Les responsables du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) viennent encore de durcir le ton prolongeant leurs manifestations faisant corser ainsi la révolution.

 Au deuxième jour de la révolution, la manifestation du Collectif « Sauvons le Togo » a tourné au vinaigre. Des policiers ont réprimé à coups de grenades lacrymogènes et sans merci les paisibles populations qui se sont amassées au quartier Déckon, en guise de protestation.

Le Collectif dit dénombrer 54 blessés dont 24 graves dans la journée du 12 juin 2012, 65 blessés dont 32 graves. Aussi,15 personnes arrêtées le 12 juin 2012, 63 personnes le 13 juin 2012, dont une douzaine au sein de l’église saint Augustin d’Amoutivé à en croire le CST qui affirme que l’ensemble du matériel de sonorisation déployé sur les lieux a été emporté et saisi.

La situation emmène le coordinateur du CST, Zeus Ajavon a faire durcir le ton. Du coup des trois jours de contestations prévues au départ, le CST appelle à nouveau les populations de Lomé à se mobiliser pour occuper le carrefour Deckon ce 14 juin 2012 à partir de 8h. Le Collectif lance une journée Togo mort le vendredi 15 juin 2012 pour protester contre la répression qu’il qualifie de sauvage et barbare et dont les manifestants ont fait l’objet les 12 et 13 juin dernier.

D’autres parts, le CST a renouvelé la tenue des deux jours de marches et sit-in dont le déroulement a été perturbé, pour le lundi 18 et le mardi 19 juin 2012. Il est également annoncé la tenue d’une nouvelle marche suivie de trois (03) journées de sit-in les mercredi 20, jeudi 21 et vendredi 22 juin 2012, sur toute l’étendue du territoire national.

Le CST reste très serein et met à nouveau en garde le gouvernement et le rend entièrement responsable des conséquences de ces répressions et demande la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées, ainsi que la prise en charge des frais de soins de santé des blessés.

Dans un communiqué lu à la télévision nationale le mercredi 13 juin,

A cet effet, le gouvernement a demandé au ministre de la sécurité et de la protection civile de « prendre des mesures additionnelles pour assurer la sécurité des biens et des personnes, ainsi que la liberté de circuler ». Une réaction aussi gauche qui risque de faire enliser beaucoup plus la crise.

« Dès que quelqu’un comprend qu’il est contraire à sa dignité d’homme d’obéir à des lois injustes, aucune tyrannie ne peut l’asservir» aimait dire Gandhi. Comme quoi, quand le peuple se lève, personne ne peut l’arrêter. La révolution Kpatima est en marche.

About these ads

Une Réponse

  1. […] A quelques heures de la tenue de la deuxième marche de contestation du Collectif Sauvons le Togo (C…, on semble noter une montée de panique dans le rang du gouvernement togolais. Les sorties médiatiques se succèdent avec son lot de masturbation intellectuelle. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 2 420 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :